Chinoiseries calédoniennes

dessin_gielbé_17092012Partir du principe que la richesse minière de la Nouvelle-Calédonie profite avant tout au pays est un espoir légitime qu’il faudrait ne jamais perdre de vue. Pour autant, afin d’éviter toutes désillusions, il convient de garder également à l’esprit qu’en droit des affaires la portée de la brebis appartient au maître du troupeau. Filius sequitur ventrem. N’en déplaise aux experts, à ceux qui les paient et à ceux qui les écoutent ou les lisent, la vérité n’est pas simple et certainement pas si facile à dire. Pour preuve, en dépit des nobles apparences, des présupposés stratégiques de la province Nord et des soutiens inconditionnels venant du Sud et des Iles où se lève pourtant la lumière, force est de constater que les revenus métallurgiques de la SMSP sont soit inexistants (usine du Nord), soit tout à fait insignifiants (usine de Gwangyang) puisque les retours de dividendes au pays couvrent à peine les pertes de la mine qui alimente l’usine. Où est donc cette sacrosainte « rente métallurgique » dont les politiques et leurs stratèges des matières premières, les journalistes sans peine et les anonymes du web, se font les ambassadeurs ? Il est vrai qu’ayant été le directeur des relations publiques de la SMSP pendant 8 ans, membre du conseil de direction de SNNC de mars 2009 à octobre 2014, représentant la société au sein du SIM et du CESE, on peut dire et penser que je connais ce dont je me permets aujourd’hui d’avancer. Il est vrai aussi que les méthodes inacceptables et même révoltantes employées par André Dang à l’égard de son personnel et de la profession (relire mon article Cosa nostra) ont été le facteur déterminant de mon départ volontaire de la SMSP. Voici donc quelques informations sur la gestion de la ressource publique qui vous permettront, je n’en doute pas, de joindre l’utile au désagréable.
L’ouverture vers la Chine avortée. Les véritables raisons du rejet des demandes d’exportation de latérites vers la Chine résident, vous vous en doutez, dans le fait que ces autorisations déstabiliseraient le nouveau projet en cours de la SMSP. Cette dernière a signé un MOU (2011), puis un MOA (2012) avec Jinchuan pour la construction et la fourniture en latérites d’une usine hydrométallurgique dans la province chinoise de Guangxi, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière vietnamienne. Il devrait s’agir d’une usine d’une capacité annuelle de 30 000 tonnes de nickel contenu et de 3 000 tonnes de cobalt. Conçue pour produire pendant au moins 50 ans, cette unité de type HPAL devrait fabriquer un produit intermédiaire (donc de moindre valeur ajoutée) équivalent à celui qui est produit et commercialisé par VNC. Ayant moi-même rédigé le MOU avec la garde rapprochée chinoise entourant le président de Jinchuan lors de sa visite éclair et incognito à Nouméa en juin 2011 (pour 24 heures à l’hôtel Le Méridien) ; ayant accompagné Paul Néaoutyine et André Dang à Sydney en février 2012 pour négocier la participation majoritaire ; puis m’étant rendu à Singapour en octobre 2013 pour la mise en place du MOA, je dispose des éléments permettant de me faire ma propre opinion et de vous la faire partager. Selon cet accord, l’usine devait être alimentée par des ressources quasiment toutes situées sur la côte Est de la province Sud. Or, sous la précédente mandature, la SMSP s’est vu refuser l’attribution de ces permis de recherches au profit d’autres petits mineurs. Aussi, la concession minière de Carored en province Sud et le périmètre équivalent de Mara situé sur la côte Est de la province Nord n’étaient pas suffisants pour que Jinchuan puisse aller de l’avant avec le JVA. Par conséquent, dans l’espoir d’un retournement de situation, le MOA fut étendu par un avenant jusqu’au 31 décembre 2015…
Une stratégie industrielle tronquée. Comme ce fut le cas pour le montage avec le coréen POSCO, l’échange croisé des participations avec Jinchuan était censé procurer à la SMSP entre 93 et 133 millions de dollars selon le coût de l’usine. Toutefois, attentifs comme vous l’êtes, vous aurez remarqué qu’il existe une différence notable entre les deux projets. Si en effet le partenariat avec POSCO permettait de dire qu’il sauvait les vieilles mines (déjà établies et en activité) et sauvegardait donc les emplois (ce qui n’est qu’en partie vrai puisque les autres petits mineurs ont également survécu sans usine offshore, donc sans aliénation de leurs domaines miniers), ce n’est en revanche pas du tout le cas du projet chinois qui lui partait de zéro. Aussi, pour que l’opinion publique et les parties prenantes s’approprient le « projet pays » nouveau (tant minier que métallurgique), il est apparu nécessaire de présenter les choses différemment: le portefeuille de titres serait donc entièrement logé dans la SMSP (qui ne les céderait donc pas) et l’usine chinoise qu’elle détiendrait néanmoins à hauteur de 51% serait approvisionnée par un contrat d’amodiation avec sa filiale et co-entreprise calédonienne CCMC également détenue à 51%. En réalité, ceci ne figure pas dans le MOA et il est bien évidemment difficile d’imaginer que le premier producteur chinois de nickel puisse entièrement financer une usine hydrométallurgique (dont l’investissement est bien plus conséquent et la construction plus complexe qu’une usine pyrométallurgique classique, exception faite naturellement de l’usine du Nord…), puis d’en céder 51% contre la seule garantie d’approvisionnement en minerai de faible teneur en nickel avec un taux d’humidité particulièrement élevé.
Une stratégie minière alambiquée. Empêcher à tout prix les petits mineurs d’exporter des latérites vers la Chine (sous prétexte qu’il n’y aurait pas de retour de valeur ajoutée, que le marché est déprimé, les stocks élevés ou que cela contribuerait à faire encore baisser les prix), répond à un premier impératif : celui de permettre à la SMSP de gagner du temps afin qu’elle obtienne les permis de recherches nécessaires avant la fin de l’année. Ceci lui permettrait de réactualiser et valider le contenu du MOA afin de préparer les termes du JVA. Mais même si le nouvel exécutif de la province Sud venait (via la DIMENC) à attribuer les autorisations nécessaires (permis et autorisations de recherches, octroi de concessions et autorisations d’exploitation), la SMSP est aujourd’hui parfaitement consciente que pour pouvoir évaluer et apporter la ressource en contrepartie des actions et du transfert en cash, elle devra faire face aux coûts financiers importants de l’ouverture des mines, ainsi qu’aux conflits coutumiers inextricables que l’exploration de la ressource et l’exploitation de ces nouvelles réserves ne manqueront pas de générer. Aussi, empêcher les petits mineurs d’exporter des latérites vers la Chine répond à un second objectif : comme c’est actuellement le cas avec l’usine de POSCO, la priorité donnée par le schéma minier aux projets métallurgiques permettrait à la SMSP de les contraindre à alimenter l’usine de Jinchuan avec leurs latérites – sauf que ce n’est pas du tout l’esprit du schéma minier. Aussi, quelle tristesse de voir les exécutifs calédoniens (appelant au dialogue) en être réduits à de tels clivages idéologiques aux conséquences fratricides ! Compte tenu du manque de débouché des latérites fatales, des faibles teneurs en nickel contenu dans le minerai, des graves difficultés rencontrées par Queensland Nickel, et de la situation de plus en plus précaire de la profession pressée par l’urgence, il serait plus judicieux que l’exportation des latérites vers la Chine soit autorisée tout en étant encadrée (peut-être dans le temps et les volumes). Cela ne dilapiderait pas plus le patrimoine minier que la prétendue rente métallurgique, ne bouleversait pas plus le marché déjà déprimé que les futures exportations vers l’usine de Jinchuan. Cela aurait surtout le mérite de rassurer les petits mineurs, rouleurs et contracteurs contraints de réagir face à l’emprise dogmatique d’esprits doctrinaires.
Publicités
Cet article a été publié dans Doctrine Nickel, Gestion de la ressource, Politique industrielle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.